Parti Communiste Français Section de Saint-Martin d’Hères
Accueil du site > Solidarité internationale > Plus de 50 000 étudiants manifestent à Londres, aux portes de Westminster, (...)

Plus de 50 000 étudiants manifestent à Londres, aux portes de Westminster, contre les coupes drastiques du gouvernement de droite et la hausse des frais de scolarité

novembre 2010, par Saint Martin d’Hères

Plus de 50 000 travailleurs et étudiants ont ébranlé les allées du pouvoir de Westminster en défilant contre la hausse des frais de scolarité.

La colère étudiante vis-à-vis des coupes du gouvernement Conservateur-démocrate et des hausses de frais de scolarité est montée d’un cran quelques heures après le cortège qui a vu 300 manifestants occuper le siège du Parti conservateur à Millbank.

Des fenêtres ont été brisées et de petits feux se sont déclarés à l’intérieur, avec des blessures légères pour neuf manifestants et deux officiers de polices. La police anti-émeute était tellement débordée par la manifestation de 2 000 personnes devant Millbank qu’au moment où le Morning Star était mis sous presse, le bâtiment était encore occupé et la police avait abandonné son plan d’en reprendre possession.

Les manifestants se trouvant à l’intérieur du QG conservateur ont rendu une déclaration où est affirmé : « Nous nous opposons aux coupes et exprimons notre solidarité avec les travailleurs du public. Nous en appelons à l’action directe pour s’opposer aux coupes. C’est juste le début de la résistance ».

Mais de nombreux étudiants ont pris leur distance avec les violences, qui selon eux étaient perpétrées par des « anarchistes qui n’étaient même pas étudiants ».

Ils ont déclaré qu’ils auraient soutenu l’occupation de Millbank si elle avait été réalisée pacifiquement.

La manifestation a rassemblé deux fois plus de monde que prévu. La vaste majorité des manifestants pacifiques se sont rassemblés sous les mots d’ordre de « Financer notre avenir » et « L’union fait la force ».

Ils étaient encadrés par des délégués syndicaux du syndicat des enseignants du supérieur UCU et du Syndicat national des étudiants alors qu’ils défilaient dans le centre de Londres et devant les deux Chambres du Parlement.

Les députés à la Chambre des communes pouvaient entendre leur colère, exprimée haut et fort, puisque les étudiants, enseignants et leurs familles ont joint le chœur des chants contre les plans du gouvernement pour l’éducation.

La hausse des frais allant jusqu’à 9 000 £ (11 000 euros) ainsi que la hausse de la TVA verra le coût des études universitaires grimper en flèche de 311%.

Le dirigeant de l’UCU Sally Hunt a déclaré aux manifestants : « Je suis ici aujourd’hui pour envoyer un message aux politiciens de Westminster.

Ce n’est pas juste de faire de nos universités publiques les plus chères au monde. Ce n’est pas progressiste de décourager les jeunes d’aller à la faculté.

« Et il n’est pas juste question de demander à la génération suivante de payer pour les erreurs des autres. Dans les quatre prochaines années, tandis que les bourses universitaires seront coupées et que les frais d’inscription tripleront, le grand capital bénéficiera de 8 milliards de £ (9,5 milliards d’euros) d’exonérations fiscales du gouvernement », a affirmé Mlle Hunt.

Le député travailliste John McDonnell, un des rares hommes politiques présents dans le cortège, a loué l’unité démontrée dans la manifestation : « C’est une des manifestations d’étudiants et de salariés les plus importantes de ces dernières décennies. Cela montre juste ce qu’on peut faire quand le peuple est en colère. Nous devons construire là-dessus ».

Une grande partie de la colère était dirigée vers les Libéraux-démocrates pour leur virage à 180 degrés sur les frais de scolarité.

Joana Pinto, étudiante à la SOAS (École pour les études orientales et Africaines – Londres) a déclaré au Morning Star que les Libéraux-démocrates avaient « trahi la confiance des étudiants en se rangeant du côté du gouvernement malgré des promesses pré-électorales de ne pas augmenter les frais de scolarité. »

Le président du Syndicat des étudiants de Cambridge Thomas Chigbo a dit qu’il ressentait « une colère particulière envers les Libéraux-démocrates au vu de leur trahison » et a mis en garde contre le fait qu’ils devraient en payer les conséquences dans les urnes.

Le secrétaire-général de la Jeunesse communiste George Waterhouse, qui a mené un gros contingent à la manifestation, a déclaré : « Nous croyons que l’éducation est un droit et non une marchandise ».

« Les projets du gouvernement nous ramènerait aux temps où l’éducation était un pré-carré des riches. Il est évident que les coupes sont mises en place en toute conformité avec les diktats de l’Union européenne. »

En lien, le site de nos camarades anglais :

http://www.communist-party.org.uk/

***

Pour envoyer cet article à un ami, cliquez ci-dessous sur "Recommander"

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0